L’affaire est dans le sac : Petite histoire du sac à main…

Si le sac à main semble être aujourd’hui un accessoire indispensable, aussi pratique que beau, son histoire passionnante reflète avec justesse les mœurs de la société et l’évolution des habitudes de vie. Accessoire de mode, certes, le sac à main a toujours été un marqueur social. Petit retour en arrière…


Pendant l’Antiquité, l’ancêtre du sac à main est porté par les esclaves et rassemble les affaires de leurs maîtres. Loin d’être tendance, ce sac grossier est généralement taillé dans du cuir de chèvre.

Le Moyen-Âge, l’ère des aumônières

Le sac à main se popularise au Moyen-Âge et devient de plus en plus sophistiqué. Les voyageurs y transportent alors leur nourriture et les travailleurs y stockent leurs outils. Les ecclésiastiques utilisent le sac à main comme bourse - appelée aumônière - pour leurs pièces de monnaies destinées aux nécessiteux. Ces bourses peuvent être confectionnées dans des matières raffinées et ornées de broderies en fil d’or. Les plus riches arborent une escarcelle, très proche de notre besace actuelle. Dotée d’une serrure, elle contient le plus souvent de l’argent, des bijoux, un chapelet. Quant aux sacs en cuir, ils sont constitués d’une sorte de pochette avec des cordons coulissants et sont portés à la main ou bien accrochés à la ceinture indifféremment par les femmes et les hommes.


C’est à la Renaissance que naissent les poches sur les vêtements. Hommes et femmes utilisent d’abord des sortes de pochettes de toile brodée accrochées aux hanches, sous les vêtements, accessibles grâce à des fentes : ce sont nos futures poches qui servent à l’époque de sac à main fourre-tout. Ainsi, ils peuvent transporter leurs effets personnels tout en ayant les mains libres. La comble du chic dans la haute société est de porter la châtelaine: une chaîne portée en ceinture à laquelle on suspend toutes sortes de choses utiles comme purement décoratives, que nous appellerions Charms aujourd’hui.

Cette “révolution de la poche” donne aux femmes une irrésistible envie de toujours se promener avec leurs effets personnels sur elles. C’est ainsi que, lorsque la robe impératrice, simple, très épurée, à la taille rehaussée et ajustée fait son apparition en 1790, elles se tournent naturellement vers la pochette, souvent composée de broderies et de perles, appelée réticule. Celle-ci se porte à la main. Au fil des ans et des modes, les formes des sacs varient : rond ou carré, sobre ou richement brodé, avec pompons, en soie ou en perles, tenu par une chaîne…


Au 19ème siècle, le cuir devient la norme

Au 19ème siècle, le sac à main est un accessoire de mode à part entière puisqu’il s’assortit désormais à la tenue et se fabrique avec de précieux tissus brodés de perles ou de pierres. Comme les bijoux, il montre à quel rang social l’on appartient.

La nouvelle bourgeoise a des envies de voyages, et a donc besoin d’accessoires résistants afin de transporter ses affaires personnelles : elle achète des bagages luxueux, et personnalisés. Le cuir s’impose. C’est à cette période que Louis Vuitton s’occupe des affaires d’Eugénie, la femme de Napoléon III et en deviendra le fournisseur attitré.


1920 : Minaudière et mini sac

Dans les années 20, le sac à main rétrécit, il ne peut contenir qu’un rouge à lèvres et un paquet de cigarettes : le minium pour réussir une soirée Charleston ! Les femmes peuvent ainsi enflammer le dancefloor sans être encombrées.

A l’aube des années 30, la minaudière devient l’accessoire fétiche des fashionistas de l’époque. C’est un petit sac rigide très élégant que l’on utilise pour les sorties et qui s’apparente presque à un bijou.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, rien ne se perd, tout se recycle ! les traditionnels sacs à main sont collectés afin d’en récupérer le cuir pour renforcer les uniformes des soldats.

Le temps des it bags

A partir des années 50, l’engouement pour le sac à main ne fait que croître. Que ce soit pour son côté pratique ou bien esthétique, le nombre de modèles, les types de cuir et les styles explosent : grands sacs pour les femmes actives, petits formats pour les sorties, cross over, pochette, besace, sacoche, tote bag… chaque saison voit fleurir de nouveaux It Bags .Certains modèles deviendront des accessoires iconiques comme le Timeless de Chanel en 1955, Le Kelly en 1956, Le Jackie en 1961 ou le Lady Dior en 1995…

Ultra-personnalisé et responsable : la nouvelle donne du sac à main

Depuis les années 2000, de nouvelles tendances et demandes émergent et dépassent les seules fonctions mode et praticité des sacs à main. Les consommateurs, conscients des enjeux environnementaux, plébiscitent les accessoires en cuirs ressourcés, tout en souhaitant réaffirmer leur identité avec des produits ultra-personnalisés. C’est tout l’enjeux et le parti-pris de Bandit Manchot depuis 2010, créateur de sacs à main en cuirs d’exception ressourcés.

6 vues0 commentaire