top of page

Symbolique du cuir

Dernière mise à jour : 2 mars

Symbolique, fonctionnel et iconique, le cuir est passé d'un mode de vie à une matière plébiscitée par tous les acteurs de la mode. Histoire d'un matériau en quête de respectabilité.

 

Le cuir a toujours été loué pour sa robustesse, sa résistance et sa durabilité. Les cowboys l’utilisaient pour se protéger en portant des sur-pantalons : les fameux chaps.



Les bouchers portaient des tabliers de cuir épais pour limiter le risque de blessures. Les plombiers rangeaient leurs lourds outils dans des besaces de cuir végétal ultra résistantes. Et, depuis la nuit des temps, il est également utilisé pour fabriquer des semelles.

Avant de conquérir les podiums de la Haute Couture et du prêt-à-porter, le cuir était donc associé au monde rural ou à la sphère du travail.

 

Puis, avec Marlon Brando dans L'Equipée sauvage (1953), il se fait perfecto et devient ainsi devient l’emblème des bad boys and bad girls, symbole d'une jeunesse révoltée, en marge, qui conteste le système conservateur de l'Amérique des années 1950.


Marlon Brando
Marlon Brando - L'Equipée sauvage (1953)

Le rock urbain et destroy des Stooges de la fin des années 1960 et du Velvet Underground dès 1965, puis la scène punk dans les 70’s, imposent une philosophie du cuir qui tourne autour des valeurs de la défonce, de la contre-culture, de la violence urbaine, de la rage d'exister, de la contestation des normes.

 

Prêtresse incontestée du punk, militante écologiste, activiste anti-fourrure de la première heure, Vivienne Westwood usera entre autre du blouson en cuir pour contester le système en place et promouvoir des modes d'existence et de pensée alternatifs. Il en est de même pour travail photographique de Robert Mapplethorpe qui exprime la transgression en plaçant le cuir (blouson, pantalon, fouet, etc.) au rang de vocabulaire de base.



Au sein des cultures gays et lesbiennes et du monde BDSM, le cuir affirme une identité particulière en charriant des connotations hétérogènes telles que l’hyper virilité, la domination, la soumission, etc...). Il peut susciter une excitation érotique (tactile, olfactive, ...). Depuis le milieu des années 1990, les fétichistes du cuir sacrent la fête de la Folsom Street Fair à San Francisco. Plus récemment, une Folsom Europe a vu le jour à Berlin.


Jean-Claude Jitrois
Combinaison - Jean-Claude Jitrois




Cessant au fil des décennies d'être un marqueur de rébellion, le cuir devient un look parmi d'autres : total look noir de Matrix (Lana & Lilly Wachowski, 1999) ou combinaisons et cuirs hyper stretch de Jean-Claude Jitrois dans les années 1990. Ces cuirs stretch qu’il a inventés, lavables en machine, révolutionnent la manière de porter un matériau qui voit sa charge fétichiste réinterprétée.





Exit toute pincée de vulgarité, le cuir se sublime dans une réinvention au féminin avec raffinement et sensualité.

Dans l'empire de la haute couture et du prêt-à-porter, Hermès - sellier à l'origine - , Botega Veneta, Alaia et beaucoup d’autres lui ont rendu ses lettres de noblesse.



Ambigu et froid, sauvage ou sophistiqué, ou encore seconde peau épousant la chair, le cuir est devenu dans la sphère fashion, un marqueur de luxe et d'élégance.


Symbolique du cuir


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page